Mon corps et moi, on aura roulé jusqu’ici avec ton imposante carapace coriace et piquante fixée sur l’épiderme! Durant presque 3 décennies, je t’aurais laissé construire sagement tout autour de nous maintes fortifications invisibles, pour que mon royaume de sensibilité demeure à jamais imprenable!  Blottie dans notre armure à ton effigie, à l’abri de l’effluve du monde, j’aurais pris le pli de ce refuge! J’ai tenté mille fois de mimer l’utopie de la normalité en me glissant dans la peau d’une étrangère dopée par mes envies finalement, dupée par l’ennui…

Alors, bien des bobines de dialogues se seront déroulées en solo dans l’espace « private » de mon cerveau dont je fus l’unique invitée. J’ai englouti tous mes mots pour qu’ils abreuvent mes monologues intérieurs et j’ai laissé ceux des autres glisser dans mon écoute, laissant mes yeux parler à ma place. J’ai gardé le mielleux de mes idées dans ma poche pour qu’ils ne gouttent plus amer dans le rire déployé de ceux à qui je les confiais. J’ai découvert la sapidité de mon être naïf, aiguisant mes envies les plus sucrées pour envelopper mes solitudes dans tous les espaces de mes synapses! J’ai pris goût des instants avec moi-même et de cette appréciation de mon identité, je sais à présent que je souhaite m’enrichir des autres êtres.

 

Ce  texte prend fin dans la deuxième partie ☞ 2/2▲Je vais me conjuguer aux temps imparfaits des gens que je rencontre. Si jamais vous ressentez l’envie de parler de votre timidité, je vous invite à écrire un petit commentaire, toutes nos expériences sont riches! Je sais que la timidité est bien souvent considérée comme étant un défaut, mais à mes yeux, les défauts ça n’existent pas! 


Création et réalisation du design de la carapace de timidité . Gifs . Textes  : Alicia Ribis

Tous droits réservés